english  english
deutsch  deutsch
magyar  magyar
dialogues avec l'ange

{ documents }


 

dialogues avec l'ange

Hanna Dallos

Joseph Kreutzer

Gitta Mallasz
  oeuvres artistiques
 
interviews et conférences
  sur la transmission
  Juste parmi les nations
Lili Strausz

les témoins


accueil
 


  oeuvres artistiques de Gitta Mallasz

Portrait de Hanna Dallos

Ce portrait de Hanna Dallos est sans doute la première oeuvre que nous connaissions de Gitta Mallasz. Il n'est pas signé, et l'inscription manuscrite qui pourrait avoir été ajoutée plus tard ("A l'inoubliable mémoire de Hanna...") ne renseigne pas sur son auteur. Toutefois, l'épouse du frère de Hanna qui en a hérité assure qu'il est de Gitta. Hanna et Gitta devaient alors avoir autour de 20 ans. Il daterait donc de cette période où Hanna termine ses études, se marie et fonde un atelier d'arts graphiques et décoratifs avec son mari Joseph Kreutzer et son amie Gitta Mallasz.

Hanna Dallos by Gitta Mallasz
Gitta Mallasz - Portrait de Hanna Dallos (avec l'aimable autorisation du Dr Vera Dallos-Pinter)

Production de l'atelier Mallasz-Dallos avant et pendant la guerre

L'atelier est créé en 1928 par Hanna Dallos et son mari à Buda, rue Ilonka Szabo (aujourd'hui rue Ilona), sous le Bastion des pêcheurs. Il travaille pour la publicité et la promotion touristique de la Hongrie, édite des cartes de voeux, réalise des affiches, illustre des livres, dessine des tissus... C'est vers 1934 que Gitta Mallasz rejoint ses amis. Grâce à la couverture qu'elle procure, l'atelier pourra continuer son activité jusqu'en 1942.

La majeure partie de ce qui sortait de l'atelier portait la signature "Mallasz Dallos" ou plus rarement "Dallos Mallasz". Peu d'oeuvres sont signées "Dallos" ou "Mallasz". Il est donc dificile de savoir par qui ces oeuvres ont été réalisées. On ne peut que se reposer sur des comparaisons avec les oeuvres attribuables avec certitude à l'une ou à l'autre. Mais on ne peut pas non plus exclure que les deux amies aient collaboré sur certaines d'entre elles.


Cartes voeux atelier Mallasz-Dallos Budapest
Cartes de voeux

Atelier Mallasz-Dallos Budapest
Divers

Promotion touristique Atelier Mallasz-Dallos Budapest
Promotion touristique
Publicité Atelier Mallasz-Dallos Budapest
Publicité

Pour visionner les diaporamas, cliquer sur l'image ou le lien

Cartes de voeux

Les 9 premières cartes de l'album ont été imprimées et diffusées par Istvan Kanitz (1895-1953), imprimeur à Budapest, qui fréquentait l'atelier de Hanna et Joseph avec Peter et Vera Szekely. Seules trois d'entre elles sont signées Mallasz Dallos, mais il est très probable que les six autres proviennent également de l'atelier. 

Ces cartes, sous copyright « Kanitz C. és fia » (Kanitz et fils), Budapest, ont été aimablement mises à disposition par Kathleen Kelley-Lainé et  Peter Kelley, fille et fils d'Istvan Kanitz. Leur reproduction ne peut se faire sans leur autorisation.


Retrouvez d'autres affiches réalisées par Hanna Dallos et Gitta Mallasz dans les années 30 dans un article publié en 2013 dans Artmagazin : Szép vagy, gyönyörű vagy Magyarország (Hongrie, tu es belle, tu es splendide – titre d’une chanson très populaire des années 20).

Production de l'atelier de Gitta Mallasz après la guerre

Après la guerre, Gitta Mallasz reprend l'atelier en ruines de son amie Adrienne Frankovszky (Adri), au 4 de la rue Batthyányi, qui devient son appartement et son atelier. Au début, elles étaient quatre à s'y retrouver pour lire l'Enseignement : Gitta, Adri, ainsi que deux femmes qu'elle avait connues à Katalin, Agi (Agnès Péter) et Ruszi (Erzsébet Rusznyak). Puis, les possibilités du travail étant reparties, le lieu a repris sa fonction d'atelier. Par la suite le petit groupe s'est progressivement disloqué : gravement malade, Adri fût la première à partir, avant de mourir en 1953. Puis ce fût le tour de Ruszi, qui est allée travailler chez elle en 1957. En 1960, au moment du départ de Gitta pour la France, il ne restait plus qu'Agi, qui a gardé l'atelier jusqu'en 1984.

La production de l'atelier est très diversifiée. Outre la publicité et la promotion de la Hongrie, on trouve dans ce qui nous est parvenu de cette époque beaucoup de matériel pédagogique : livret pour les jeunesses communistes, fiches de jeux et surtout une série de livres de chants pour l'école primaire basée sur la méthode Kodaly. Les illustrations sont de Gitta et Ruszi, le graphisme des partitions musicales d'Agi.



Pour afficher le diaporama en grand, cliquer ici

Le triptyque du studio N°6

De cette époque date également un triptyque pour la radio hongroise réalisé en 6 mois par Béla Mészaros, menuisier d’art, avec 30 essences de bois différentes, et installé vers 1948 dans le studio N°6. Ce triptyque a aujourd'hui disparu. Il portait en inscription une citation du poème Les Christs démesurés d'Endre Ady :

Zengjen a dalod, szent Forrongás
S te nagy Egy- Világ, zengjen a himnuszod.
(O sainte Effervescence, que ton chant résonne,
et toi vaste et unique Monde, que ton hymne résonne)

Il symbolisait les ondes radiophoniques diffusant vers les quatre coins du monde, entre les allégories de la dynamique et de l’harmonie.
(Selon Thomas Sávoly, archiviste à la Radio hongroise. Traduit du hongrois par Bóc Imre).

Le travail pour l'ensemble folklorique de l'état hongrois

Pendant cette période d'après-guerre et jusqu'à son départ pour la France, Gitta Mallasz est également dessinatrice de costumes du Állami Népi Együttes (Ensemble folklorique national) de Rábai Miklós. Elle accompagne la troupe dans ses tournées internationales et leur sert d'interprète.

1955
Ballet hongrois Paris 1957
1957

Un livre de 1956 - Rhapsodie hongroise (traduit en plusieurs langues) - illustre de manière remarquable la richesse du folklore hongrois et le talent de Gitta, dont nous reproduisons ici un des 32 dessins.

Ensemble populaire de l'état hongrois
La danse du ruban (Costume de la région de Kapuvar)


L'activité artistique de Gitta Mallasz en France

En France, Gitta reprend son activité de graphiste pour gagner sa vie. Elle illustre des pochettes de disque pour Vox et peint des meubles dans la plus pure tradition hongroise. Elle réalise également des oeuvres plus personnelles.

Vierge à l'enfant Paradis
Vierge à l'enfant Le paradis (coll. particulière Françoise Maupin)

Les livres pour enfants

Aussi bien en Hongrie après la guerre, qu'en France, Gitta aura illustré plusieurs livres pour enfants.

A piros csillag meséje, Conte de l’étoile rouge
A piros csillag meséje (Conte de l’étoile rouge), d'Urban Ernö, illustré par Gitta Mallasz (1945)

Kikelet
Kikelet (le renouveau du printemps), d’Urban Ernö, illustré par Gitta Mallasz (1946)

Lala
Lala le petit Koala, Marcelle Vérité, illustré par Gitta Walder, Casterman,  1970
Gitta Mallasz - Le fauteuil magique
Le fauteuil magique, Dominique Rollin, imagé par Gitta Walder, Casterman, 1971

Ces livres n'étant pas libres de droits, nous ne pouvons les reproduire ici. Les personnes intéressées peuvent demander un accès privé aux illustrations des albums hongrois (Contact).

Autres oeuvres

  Gitta Mallasz
               Sans titre (année inconnue)
            (coll. particulière Marguerite Kardos)